sept 05

Conseils d’Automne en Naturopathie

Chers et chères internautes, Nous allons bientôt passer en automne. Compte tenu des variations de température que nous avons actuellement, notre corps a du mal à se préparer au changement de saison. Peut être que vous êtes attiré en ce moment par la saveur sucrée, c’est tout à fait normal car la rate à du mal à nous préparer à ce changement.

Le stress également de la rentrée joue un rôle important dans notre état de santé. Du coup nos défenses immunitaires s’affaiblissent et nous recensons déjà des problèmes ORL et des allergies. Renforcer ses défenses immunitaires permet de se préparer également à la grippe porcine.

  • Alimentation :

L’alimentation est importante, il ne faut pas oublier que c’est le premier facteur d’encrassement de l’organisme.

Il est important d’appliquer une alimentation hypotoxique riche en crudités au début de chaque repas, en légumes et fruits frais (au petit déjeuner et en dehors des repas).

Boire est également indispensable et le choix de l’eau l’est aussi (prenez de l’eau de source comme volcania, mont roucous, rosée de la reine, montcalm car elles sont très peu minéralisées et permettent aux reins de bien faire leur travail).

Rajouter dans vos plats du gingembre frais et de l’oignon cru pour remonter les défenses immunitaires.

  • Exercice Physique :

l’exercice physique est important dans la vie de tous les jours. Par contre il ne faut jamais aller au delà de vos capacités (surtout si vous reprenez un sport et que vous n’en avez pas fait depuis longtemps) car autant ne pas faire de sport est nefaste que dépasser ses capacités l’est aussi.

  • Renforcer vos défenses :

Vous pouvez renforcer vos défenses avec : Acérola, eleuthérocoque, shiitaké, echinacée Bio, ampoules de PHYTONATURE.

Ce complexe est composé d’Éleuthérocoque ou Ginseng sibérien, d’Acérola, d’Échinacée, de Shiitaké ou « élixir de longue vie » et d’extrait de pépin de Pamplemousse.  Cette association de plantes est recommandée en automne et en hiver pour prévenir des virus pour renforcer notre tonus, notre vitalité et notre organisme.

Prendre une ampoule par jour, de préférence le matin avec un verre d’eau.
Vous trouverez notamment sur le site Natur’om.

  • Maîtriser votre stress :

Pour le stress il existe un produit ancestral : le Stabilium à base de Garum Armoricum de Yalacta.

Le Stabilium s’utilise pour le stress, la mémoire et la concentration, la fatigue. Ce produit est également bon pour les étudiants lors de leurs études afin de maintenir un niveau constant et éviter les baisses d’énergie.

Prendre 3 gélules par jour, de préférence le matin à jeun avec un verre d’eau. Vous pourrez trouver du Stabilium entre autre sur ce site.

  • Soutenir vos intestins :

Pour soutenir les intestins une alliance probiotiques et alpe véra est idéale : le PROBIOTICO du laboratoire BIOSERUM.

PROBIOTICO permet d’assurer l’équilibre de notre écosystème intestinal. N’oubliez pas que c’est au niveau de l’intestin qu’est concentré l’essentiel du système de défense de l’organisme. Par conséquent pour passer un automne et un hiver tranquille il est important de s’occuper de nos intestins.

Prendre 1 gélule par jour au petit déjeuner avec un verre d’eau. Vous pourrez trouver le Probiotico entre autre sur ce site.

  • Anti-Oxydant pour les allergies :

Les variations climatiques, la pollution, les allergènes (pollens, acariens…), les rhinites saisonnières génèrent un stress oxydant excessif qui diminue la résistance et la vitalité de votre organisme.

OPC125® de ETNAS antiradicalaire et antioxydant stimule et renforce vos défenses face aux agressions extérieures. Allergies, refroidissements, prévention des états grippaux.

La protection au fil des saisons.

1 prise par jour (gélule A+B)

Prendre au repas avec un verre d’eau.

Pour trouvez les produits ETNAS consulter le site : voir le site

  • Huile essentielle de RAVINTSARA :

Parmi ses propriétés, le RAVINTSARA est un antiviral exceptionnel, il aide à remonter les défenses immunitaires. C’est également un anticatarrhal, un expectorant, il dégage les voies respiratoires. C’est donc une huile toute indiquée pour cet automne.

Utilisez la en usage externe en l’appliquant localement sur les poignets ou la poitrine sans toucher les mamelons : de 6 à 8 gouttes 4 fois par jour pour un adulte.

Ne dépasser pas 10 jours d’application car sinon vous risquez de faire des insomnies, bien que cette huile soit conseillée pour les insomnies.

La qualité de l’huile essentielle est importante, vous trouverez des huiles essentielles de qualité chez Herbes et Traditions ou chez Pranarom Ravintsara pranarom

Attention les huiles essentielles de Ravintsare et Ravensara Aromatica ont très longtemps été confondues même par de grands aromathérapeutes comme D. Baudoux ou Franchomme.
Ainsi, dans les ouvrages, vous trouverez souvent la description de la « Ravensara Aromatica », alors que les propriétés décrites sont celles de la « Ravintsare » (Cinnamomum Camphora).
Aussi, si vous cherchez l’huile à chémotype 1,8-cineole, achetez l’huile de RAVINTSARE et non celle de RAVENSARA AROMATICA qui n’a pas la même composition.

Les informations relatives à l’usage des huiles essentielles mentionnées sur ce site internet sont issues d’ouvrages bibliographiques publiés par des professionnels de la santé. Elles sont délivrées à titre informatif et ne sauraient en aucun cas se substituer aux conseils et aux ordonnances délivrés par un médecin. Lui seul est habilité à délivrer un traitement thérapeutique qui vous serait le plus adéquat.
Abcnaturopathie décline toute responsabilité en cas d’accident, de lésion ou de préjudice subi par quiconque pratiquerait une automédication sur la base des informations contenues dans ce site.

  • Toux :

Lorsqu’il est trop tard et que vous avez de la toux qu’elle soit sèche, grasse ou asthmatique, vous pouvez prendre PULM HERBETOM 2 du laboratoire BIOSERUM. C’est sous la forme de sirop facile à utiliser. Vous pouvez en donner aussi aux enfants à partir de 7 ans en remplaçant les cuillères à soupe par des cuillères à café. C’est un produit très efficace qui calme la toux rapidement.

Ce produit est à base de propolis, aloe vera, sureau, Bourgeon de pin, l’eucalyptus, thym, plantain, échinacée, helycrysum, saule.
Prendre 3 cuillères à soupe par jour, seules ou mélangées avec de l’eau.

Pour trouvez ce produit consulter le site : HERBETOM 2 : PULM

Alors je vous dis « bonne lecture ». N’hésitez pas à revenir régulièrement pour consulter nos nouveaux articles.

Corinne SUDRIE

Praticien de Santé Naturopathe, Diplômée de l’école CENATHO (Daniel KIEFFER) / inscrite à la Fédération Française de Naturopathie (FENAHMAN)

Les consultations de naturopathie se font au 24 rue Maréchal Gallieni 78800 HOUILLES.

sept 01

Livre d’Initiation au FENG SHUI

Corinne Sudrie a la joie de vous présenter son nouveau livre : INITIATION AU FENG SHUI édité par les éditions vie :

Le Feng-Shui est une discipline très complexe qui s’appuie à la fois sur l’observation, sur les principes complémentaires yin-yang, et sur les cinq éléments : bois – feu – terre – métal – eau, auxquels sont associées des couleurs et des formes.

Elle vise à équilibrer ces différents éléments pour que le qi (énergie vitale) circule harmonieusement dans l’habitation, le jardin, les bureaux.

Il existe de multiples possibilités pour transformer l’énergie d’un lieu. Il n’est pas toujours indispensable d’en modifier radicalement la disposition, mais il s’agira le plus souvent de renforcer tel élément, telle zone, tel apport de lumière, d’insister sur certaines couleurs, voire de déplacer quelques objets.

L’énergie doit pouvoir circuler librement. Les objets inutiles doivent être rangés ou disparaître.

Ce livre est une synthèse qui permet à toute personne de comprendre les principes du feng shui et d’être capable de mettre en pratique très facilement. C’est une lecture indispensable pour tous ceux qui souhaitent s’initier à cet art de vivre. Vous apprendrez comment acquérir harmonie, équilibre et bien-être dans la vie quotidienne.

Vous pouvez acheter ce livre au prix modeste de 15,80 € via le site NATUR’OM, en utilisant ce lien : Initiation au Feng Shui

Pour tout problème n’hésitez pas à me contacter : abcnaturo@abcnaturopathie.com

Amicalement

Corinne SUDRIE

juil 13

Conseil d’été en naturopathie

Chers et chères internautes,Nous sommes en été, c’est le moment de s’occuper de la circulation. En effet, c’est en été que les phénomènes de gonflements des membres inférieurs se manifestent le plus. C’est aussi le moment de protéger sa peau du soleil.

  • PADMA 28 :

Vous avez un très bon complément alimentaire qui permet d’améliorer les troubles circulatoires accompagnés de troubles tels que picotements, fourmillements, sensation de lourdeur et de tension dans les jambes et les bras, engourdissement des mains et des pieds et crampes dans les mollets peuvent être le début d’une calcification artérielle(artériosclérose).Prendre 1 comprimé le matin à jeun.Pour plus d’information consulter le site : détail du padma 28

  • Fitolysat de chrisanthellum de ETNAS :

Ce complément alimentaire a une action détoxifiante majeure et stimule les fonctions hépatiques, normalise les graisses circulantes et stockées. Riche en flavanoïdes, il protège le système vasculaire.Prendre 2 gélules deux fois par jour avec un verre d’eau aux repas.

  • Fluxarom de ETNAS :

Fluxarom favorise naturellement la fonction circulatoire et le remodelage. Il procure une sensation de légèreté qui se prolonge après son application. Ses propriétés drainantes, stimulantes et décongestionnantes apaisent gênes et sensations désagréables, fourmillements. Il s’utilise aussi pour les piqûres d’insectes et les hématomes.Appliquer 2 à 3 fois par jour en massage doux, le matin pour tonifier et le soir pour délasser.

  • OPC 25 de ETNAS :

Le soleil est source d’énergie et influe sur notre moral et santé. Cependant l’exposition prolongée peut avoir des conséquences parfois irréversibles (vieillissement de la peau, lésions cutanées, …) Mettez une protection solaire adaptée à votre peau et prenez OPC 25 qui permet une protection cellulaire, ralentit le processus de vieillissement et apporte une protection des micro capillaires. Il permet également de limiter les effets des agressions extérieures sur votre organisme (tabac, rayons UV, stress). C’est un antiradicalaire et un anti-oxydant.Prendre 3 gélules par jour avec un verre d’eau aux repas pendant l’exposition au soleil.Pour trouvez les produits ETNAS consulter le site : voir le site

  • Aloe VERA :

Pour les coups de soleil pensez à l’aloe vera en crème. Il faut que cette crème est une concentration suffisante en aloe vera 98%.

Alors bonne cure d’été. N’hésitez pas à revenir régulièrement pour consulter nos nouveaux articles.

Corinne SUDRIE

Praticien de Santé Naturopathe, Diplômée de l’école CENATHO (Daniel KIEFFER) / inscrite à la Fédération Française de Naturopathie (FENAHMAN)

Les consultations de naturopathie se font au 24 Rue du maréchal GALLIENI 78800 HOUILLES.

juil 13

La cure Alcaline du docteur Peter Jentschura

Je vais vous parler aujourd’hui de la cure alcaline de P Jentschura. Dans un précédent article j’ai abordé la problématique lié à l’acidité dans le corps qui est responsable de bien des maux et souvent insoupçonnés :  voir l’article

Pour continuer sur ce sujet il faut savoir que l’équilibre acido-basique est la base de la santé et de la vitalité. Notre mode de vie et nos habitudes alimentaires, le stress de plus en plus présent dans notre société nous poussent de plus en plus vers la suracidification.

Les acides sont responsables d’un vieillissement plus rapide mais selon le tempérament  des problèmes de peau peuvent apparaître comme l’acné, le psoriasis, les pellicules, la transpiration, … C’est élimination ne doivent pas être arrêté tant que la cause n’est pas traité et réglée. Le corps utilise la voie de la peau car le corps est tellement surchargé que c’est cette porte de sortie qui permet de décharger nos émonctoires de premier niveau : reins, intestins, poumons.

Il existe 3 types de maladies de civilisation. Elles sont dues soit à des problèmes de dégradations ou  d’éliminations ou de dépôts résiduels.

  • Dégradations: Corrosions et inflammations.
  • Eliminations: Problèmes de peau (odeurs, transpiration, boutons, acné, eczéma, furoncles, neurodermite, psoriasis, ulcères variqueux, etc.) et mycoses (peau, ongles, intestin, vagin, etc.).
  • Dépôts résiduels: Boutons, transpiration, démangeaisons, mycoses, tâches de vieillesse…

Le dépôt de déchets organiques se produit selon la « hiérarchie des nécessités vitales » en commençant par les tissus adipeux, puis le tissu conjonctif, les muscles, les articulations, les capsules articulaires, les reins, la vessie, la vésicule biliaire et le foie, puis les organes sont mis à contribution et, pour finir, ce sont le cœur et le cerveau. Les déchets se déposent tout d’abord aux extrémités du corps.

Les acides qui ne peuvent pas être évacués doivent être neutralisés et c’est pourquoi le corps utilise les minéraux pour neutraliser. Si notre alimentation ne contient pas suffisamment de minéraux le corps puise alors dans ses réserves à savoir : les os, les articulations, la peau, les poils, les ongles, les dents, les tissus.

La neutralisation des acides se fait de la façon suivante : acide + base (calcium, le sodium, le potassium, le magnésium, le cuivre, le fer) donne des  sels minéraux.

Ce sel minéral est difficile à éliminer car il s’associe à la graisse et à ‘eau et sont donc stockés. C’est ce que l’on appelle des déchets métaboliques qui ont une conséquence sur le poids. Ils sont souvent responsables de la rétention d’eau de la cellulite, la surcharge pondérale, jusqu’à l’artériosclérose, les calculs rénaux, la goutte, les rhumatismes, …

Les régimes et le sport ne sont pas suffisants pour désintoxiquer notre corps. Le Docteur P. Jentschura a mis au point la cure alcaline reconnue très efficace depuis longtemps.

Déchets toxiques Aliments
Antibiotiques, acide urique, acide sulfurique, acide nitrique, hormones Viandes et charcuteries
Acide urique, sulfurique, phosphorique Poissons fromages et œufs
Acide acétique Sucre, confiserie, produits de farine blanche
Acide acétique et phosphorique, dioxyde de carbone Limonades et boissons énergisantes
Aluminium Déodorants
Graisse trans, conservateurs, exhausteurs de goût Restauration rapide, plats préparés même en surgelé
Acide acétylsalicylique Produits analgésiques, médicaments
Amalgame, mercure Plombages, prothèses dentaires
Gaz d’échappement, métaux lourds, pesticides Air, pollution, ville,…
Acide lactique, urique, chlorhydrique Stress, colère, peur
Dyoxide de carbone, acide lactique, acétique, urique Pratique sportive excessive
Dyoxide de carbone Manque de dépense physique

La cure se base sur 3 principes :

  1. Dissolution des déchets résiduels hors des tissus avec 7X7 Alcaplantes
  2. Neutralisation et transport des toxines et acides dissous ainsi qu’un soutien des fonctions rénale et intestinale avec ALCAVIE
  3. Elimination des substances  toxiques par l’intermédiaire de la peau grâce au sel de soin corporel minéral alcalin : ALCABAIN

Dissolution des déchets résiduels hors des tissus avec 7X7 Alcaplantes

Cette tisane est une sélection de 49 plantes qui permettent de dissoudre lentement les déchets toxiques pour qu’ils puissent être évacués et éliminés.

En effet secondaire il y a la perte de poids car les graisses qui étaient contenus dans les dépôts toxiques et l’eau dans laquelle les déchets étaient dilués peuvent être évacués.

Par contre il ne faut pas utiliser cette tisane toute seule sans le Alcavie. En effet les déchets qui sont dissolus doivent être neutralisés afin de ne pas menacer l’équilibre acido-basique dans le corps.

Neutralisation et transport des toxines et acides dissous ainsi qu’un soutien des fonctions rénale et intestinale avec ALCAVIE

Le alcavie est indispensable lorsqu’on prend Alcaplantes. Alcavie permet d’apporter tous les éléments nécessaires à la neutralisation des toxines et acides. Alcavie permet de mettre à disposition tous les minéraux, vitamines, graisses essentielles, acides aminés ainsi que des substances végétales secondaires que notre organisme a besoin, des enzymes.

Alcavie permet une désacidification sans crise et une régénération optimale. Alcavie permet au corps de régénerer ses réserves minérales par une belle peau, des os et des muscles forts, des articulations solides.

Elimination des substances toxiques par l’intermédiaire de la peau grâce au sel de soin corporel minéral alcalin : ALCABAIN

Alcabain est un soin corporel minéral alcalin qui permet d’éliminer ce que les reins, les poumons et les intestins ne peuvent pas. Il permet de désacidifier de manière ciblée par la peau. Il en résulte une belle peau en libérant les toxines et acides pesants. Alcabain protège contre toutes les irritations, prévient l’odeur corporelle, retire aux mycoses et aux verrues leur terrain de prédilection acide et optimise la séborégulation.

Bain intégral ou partiel, bain de pieds, décoction pour les enveloppements corporels basiques :

  • Prendre 3 cuillères à soupe de sel pour un bain intégral et une seule pour un bain partiel.
  • Pour un soin dentaire basique, saupoudrez le sel sur votre brosse à dents avant brossage et lavez-vous les dents comme d’habitude.
  • Vous pouvez aussi rincer votre visage avec AlcaBain et l’utiliser en soin quotidien. Pour cela, il suffit de dissoudre un peu d’AlcaBain dans l’eau puis de passer doucement un disque à démaquiller imprégné de la préparation sur le visage, le cou et le décolleté.
  • Le sel s’utilise aussi en gommage sous la douche ou en massage pour stimuler la circulation sanguine.

Voici ce que préconise P Jentschura pour réussir à se désacidifier et à se régénérer en 4 semaines :

Jour Sport 7X7 Alcaplantes Alcavie Alcabain
1er jour X ¼ litre 3 X 1CC Peeling doucheBain complet
2ème jour ¼ litre 3 X 1CC Peeling doucheBain de pieds
3ème jour X ¼ litre 3 X 1CC Peeling doucheBain complet
4ème jour ½litre 3 X 2CC Peeling doucheBain de pieds
5ème jour ½ litre 3 X 2CC Peeling doucheBain de pieds
6ème jour X ¼ litre 3 X 2CC Peeling doucheBain complet
7ème jour ½ litre, 1 litre ou plus 3 X 2CC ou plus Peeling doucheBain de pieds
Semaines suivantes Au moins 3 fois par semaine 1 litre ou plus boire tous les jours 1 à 1,5 litres d’eau plate 3 X 2CC par jour ou plusplus la consommation d’infusion augmente plus celle d’alcavie doit augmenter aussi PeelingBain complet ou bain de pieds (bain complet si sport)

Il est important également de faire du sport sans trop pour ne pas produire trop d’acidité.

Pour plus de détail je vous conseille de lire le livre : « La santé par la dépuration – L’équilibre acido-basique – Une méthode en trois étapes » édition Dangles de P. Jentschura et de J. Lohkämper

Si vous cherchez les produits pour la cure vous pouvez les trouver entre autre sur le site NATUR’OM :

Alcaplantes : Pour trouvez ce produit consulter le site : voir le site

Alcavie : Pour trouvez ce produit consulter le site : voir le site

Alcabain : Pour trouvez ce produit consulter le site : voir le site

mai 20

L’acidité est responsable de bien des maux

Beaucoup de problèmes de santé sont dus à un déséquilibre acido-basique. De nos jours c’est très courant. Ce déséquilibre acido-basique provient de surcharges d’acidité dans le corps que notre organisme n’est pas capable d’éliminer.

Certains Naturopathes parlent d’acidose toxique.

Normalement notre corps est capable de conserver l’équilibre acido-basique en utilisant des systèmes tampons qui permettent d’éliminer le surplus d’acidité du corps. Notre corps utilise les reins et les poumons pour éliminer les acides.
Les reins sont utilisés pour éliminer les acides fixes : acides uriques, sulfuriques, phosphoriques, chlorhydriques issus du métabolisme.
Tandis que les poumons s’occupent des acides volatils : acides citriques, oxaliques, pyruviques, acétyl acétiques, carboniques, lactiques, cétoniques dans fruits, lait, légumes.

Dans le cas où ce n’est pas suffisant il existe une porte de sortie supplémentaire pour permettre d’éliminer les surplus d’acides : la peau. Grâce aux glandes sudoripares (sueur) les acides peuvent être éliminés.

Il est important de comprendre comment fonctionne notre corps afin de bien analyser nos problèmes de santé et d’apporter les règles d’hygiène de vie qui vont améliorer notre vitalité. C’est pourquoi les points suivants sont abordés :

  1. Les mécanismes régulateurs pour maintenir l’homéostasie
  1. Les causes d’acidité
  1. Les corrections à appliquer
  1. Les maladies issues de l’acidose toxique

Les mécanismes régulateurs pour maintenir l’homéostasie

L’homéostasie veut dire ce qui est maintenu semblable. C’est un processus qui permet de conserver l’équilibre constant au niveau du sang, de la température, du ph sanguin,…

L’organisme est normalement capable de neutraliser les attaques acides. C’est grâce à l’homéostasie. Nous tolérons peu de variation du PH, c’est pourquoi il existe des systèmes d’adaptation qui permettent de maintenir les constantes biologiques.

Ce sont des systèmes tampons comme :

  1. les éliminations urinaires via les reins,
  1. la respiration via les poumons,
  1. l’acidose tissulaire.

On parle aussi d’équilibre acido-basique.

Régulation du PH du sang par le rein
L’acide carbonique (H2CO3) se dissout en ion hydrogène (ion H+ ) et en ion bicarbonate (ion HCO3- )

L’ion hydrogène est acide. Il est éliminé par les urines alors que l’ion bicarbonate peut être réabsorbé afin de neutraliser à nouveau un ion acide (H+). Ceci montre bien l’intelligence de notre organisme.

Régulation du PH du sang par les poumons
Les acides sont rejetés par les poumons avant qu’ils se fixent dans les tissus.

Le PH du sang varie en fonction des modifications du taux de CO2. Les variations de CO2 agissent sur le rapport acide et base.

L’acide carbonique (H2CO3) peut se transformer dans les poumons en gaz carbonique (CO2) et de l’eau (H2O). Donc les poumons peuvent rejeter des acides.

Acidose tissulaire
Le carburant de la contraction est le glucose. Ce glucose est entre autre obtenu à partir du glycogène qui en se dégradant va donner de l’acide pyruvique.
Lors d’une contraction il y a formation d’acide pyruvique, s’il y a de l’oxygène alors l’acide se transforme en eau, énergie, chaleur, gaz carbonique sinon l’acide pyruvique se dégrade en acide lactique et entraîne des crampes puis de l’acidose.

Cependant pour effectuer toutes ces transformations il est important d’avoir des catalyseurs. Les catalyseurs sont des éléments qui sont là pour réaliser les différentes transformations chimiques, s’il en manque un la transformation ne peut pas se réaliser et la réaction chimique va produire des déchets que le corps devra recycler.
Les catalyseurs sont : les minéraux, les oligo-éléments, vitamines, le enzymes.

L’acidité est bloquée dans les tissus cellulaires s’il n’y a pas de drainage, pas d’exercice physique, pas d’exercice de respiration.

Il est donc important pour que les métabolismes puissent se terminer correctement et ne pas s’arrêter en cours de route avec des déchets non transformés :

  1. De bien oxygéner les cellules, de faire de l’exercice physique et d’avoir une bonne respiration
  1. De ne pas être carencé en oligo-éléments, vitamines, minéraux et enzymes.

Autres mécanismes régulateurs pour réduire l’acidité
Si les autres mécanismes n’ont pas permis d’éliminer les acides alors le corps va :

  1. Utiliser la peau comme porte de sortie (eczéma sec, bouton,…),
  1. Sacrifier les minéraux des ongles, des dents et des cheveux.
  1. Sacrifier les minéraux des os et des articulations.
  1. Sacrifier le système nerveux.
  1. Se déminéraliser

Remarques :

Dans le cas où une surcharge d’acide ne peut pas être neutralisée, ces acides vont donc être stockés dans divers endroits de notre organisme : tissu conjonctif, articulation, muscle, …
De plus un surplus d’acide entraîne de toute façon une déminéralisation puisque pour que nous vivions il faut neutraliser les acides par n’importe quel moyen. Le corps va faire donc appel à toutes ses réserves alcalines : os, cartilages, dents,… Puis lorsque toutes les réserves sont épuisés alors nous développons arthrose, ostéoporose,…

Les causes d’acidité
Le terrain peut se désacidifier pour les raisons suivantes :

  1. Les aliments acides et acidifiants
  1. L’excès de protéines alimentaires (production d’acide urique et urée)
  1. Glucides à haut index glycémique (production d’acide pyruvique, lactique d’autant plus s’il y a une carence en vitamine B1 et en oxygène)
  1. Graisses saturées (production d’acide cétonique)
  1. La suralimentation en général
  1. Le manque d’aliment alcalin
  1. En mangeant des aliments que l’on n’aime pas ou de force
  1. Les carences en vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes (production d’acide pyruvique, lactique)
  1. Les radicaux libres
  1. La fermentation intestinale due à une mauvaise association
  1. Fatigue, surmenage physique, insomnie, endormissement tardif (production d’acide lactique)
  1. Manque d’oxygène
  1. Elimination insuffisante par nos émonctoires : respiration, transpiration, urine
  1. Stress, surmenage psychique
  1. Insuffisance hépatique
  1. Paroles ou pensées « acides » (colère, violence,…)

Les corrections à appliquer
D’une façon générale il faut :

  1. Désacidifier le terrain (alimentation alcalinisante, augmenter les crudités, mâcher lentement, diminuer les aliments acides et acidifiants, supprimer les aliments dégénérescents)
  1. Favoriser l’évacuation des acides par des drainages
  1. Se recharger par des cures régulières en minéraux, oligo-éléments, vitamines, enzymes, anti-oxydants
  1. Régénérer la flore intestinale
  1. Faire des exercices respiratoires
  1. Faire des exercices physiques
  1. Gérer son stress

Nous abordons essentiellement le réglage alimentaire, car déjà vous aurez des résultats surprenants.

La correction alimentaire
L’important dans un repas est d’avoir un équilibre entre les aliments acides/acidifiants et alcalins. La plupart du temps nous ne mangeons que des aliments qui sont acides ou acidifiants. Il est primordial aussi de supprimer les aliments dégénérescents qui ne sont pas indispensables et sources de bien des problèmes.

Les différents types d’aliments
Les aliments alcalins ou basiques
Dans cette catégorie nous retrouvons :

Céréales complètes, graines germées, algues, pommes de terre, légumes en général sauf quelques exceptions (voir aliments acides), châtaignes, amandes, bananes, potirons, potimarrons

Les aliments acides
Dans cette catégorie nous retrouvons :

Fruits (moins il est mûr, plus il est acide), jus de fruits, fruits séchés, tomates, rhubarbes, épinards, asperges, poireaux, produits fermentés (vinaigre, choucroute, yaourt,…), miel.

Pour certaines personnes les aliments cités ci-dessus peuvent être alcalinisants mais cela devient de plus en plus rare de nos jours surtout si les personnes ont une faiblesse métabolique.

Les aliments acidifiants
Dans cette catégorie nous retrouvons :

Les protéines surtout animales (charcuterie et viande), le poisson est bien moins acidifiants que les autres protéines, oeufs, fromages, légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots secs, fèves,…), le beurre, le lait, les graisses animales, les arachides ou les noix ou les noisettes.

Les aliments dégénérescents
Dans cette catégorie nous retrouvons :

Le sucre blanc, les différents sortes de sucres (aspartam, fructose, dextrose, mannitol, maltodextrine), céréales raffinées, farines blanches, pâtes blanches, riz blanc, pain blanc, huiles raffinées, graisses et huiles chauffées, boissons industrielles sucrées, sirop, cacao, café, thé noir, alcool, chocolat, pâtisseries, glaces, fast food, fritures, grillades, conserves, lait UHT.

Ces aliments sont des surcharges pour l’organisme, ils l’encrassent et le déminéralisent sans être de grande valeur nutritionnelle. Ils sont à l’origine de nombreuses maladies de notre civilisation moderne.

Ce sont les hydrates de carbone (sucre sous toutes ses formes et farine blanche) qui sont responsables des caries dentaires, des rhumatismes, du diabète, de l’obésité, des calculs biliaires et rénaux, des pathologies cardiovasculaires, de la maladie du foie (cf : recherche du médecin BRUKER).

Précision en ce qui concerne les céréales complètes
Les céréales complètes produisent de l’acide phytique qui est acidifiant et chélateur des minéraux. C’est pourquoi certaines règles sont à respecter :

Il faut manger du pain au levain. En effet le pain au levain par sa fermentation est légèrement acide mais reminéralisant par sa teneur en minéraux. L’acide phytique est neutralisé par le levain et le gluten est prédigéré grâce au processus de fermentation et de ce fait très digeste. Par contre le pain à la levure ne neutralise pas l’acide phytique ce qui rend ce pain acidifiant et déminéralisant qu’il soit complet ou non. Le gluten n’est pas prédigéré et donc difficile à digérer.

Les céréales complètes ont une caractéristique acide. Cependant en fonction du mode de préparation (germination, cuisson à feu doux, ou sous forme de crème de céréales) elles deviennent reminéralisante pour l’organisme.

Toutes les céréales et flocons qui sont consommés crus doivent être trempés pendant la nuit ou au minimum 2 heures avant de les manger afin de neutraliser l’acide phytique. L’avoine par contre doit obligatoirement être chauffé ou germé.

Précision en ce qui concerne les légumineuses
Il faut également faire tremper les légumineuses durant au moins 2 heures ou pendant la nuit puis jeter l’eau de trempage dans le but de neutraliser l’acide phytique.

Importance de la germination
La germination est importante, ce n’est pas un procédé nouveau puisque les esséniens utilisaient cette méthode. La germination provoque l’alcalinisation des céréales ce qui permet de mieux les assimiler. L’amidon est transformé en sucres simples, les graisses en acides gras solubles, les protéines en acides aminés. La germination potentialise les vitamines et les enzymes car elle augmente leur teneur. L’acide phytique est neutralisé.

Importance du petit-lait
Le petit-lait connu depuis l’antiquité est alcalinisant lorsqu’il est frais c’est-à-dire recueilli juste après la fabrication du fromage. Par contre plus il vieillit plus il est acidifiant, c’est pourquoi il ne faut pas acheter dans le commerce du petit-lait sous forme liquide. Par contre si vous achetez dans le commerce du petit lait sous forme de poudre ou granulé, il aura une action alcalinisante. Diluer la poudre dans de l’eau chaude ou froide et boire le petit-lait immédiatement, sinon il s’acidifie très vite.

Les autres règles dans l’alimentation

  1. Eviter de boire en mangeant car les enzymes sont dilués dans l’eau et sont moins efficaces
  1. Eviter le mélangisme qui génère des acides

Les maladies issues de l’acidose toxique
Pour que vous ayez un aperçu de ce que l’acidose toxique est susceptible de générer voici une liste des différentes pathologies qui peut provenir de l’acidose toxique :

  1. Sinusite, bronchite, otite, angine, rhume, grippe
  1. Carie dentaire, sensibilité des dents lors de la consommation d’aliments froids chauds ou acides, inflammation des gencives, saignement des gencives, aphtes sur les lèvres et dans la bouche, fissure au coin des lèvres, herpès
  1. Eczéma, bouton, varice
  1. Maux de tête, migraine
  1. Dépression, nervosité,
  1. Frilosité, manque d’énergie, fatigue constante, perte d’énergie et fatigue après les repas
  1. Renvoi acide, brûlure d’estomac, ulcère,
  1. Calcul rénal et biliaire
  1. Hernie discale
  1. Crampe musculaire, difficulté de récupération après un effort, membres lourds, tendinite
  1. Rhumatisme, goutte, arthrite, polyarthrite, sciatique, arthrose, ostéoporose,…
  1. Brûlure rectale

Dire que pour régler ces problèmes il suffit juste parfois de rééquilibrer l’équilibre acido-basique.

avr 20

Conseils de Printemps en naturopathie

Chers et chères internautes.

Enfin, nous sommes au Printemps, vous allez pouvoir commencer à drainer votre corps. Le corps s’encrasse et il est très important de temps en temps de faire un nettoyage afin que nous conservions toujours une bonne santé : mieux vaut prévenir que guérir (c’est plus facile)

  1. Alimentation :

L’alimentation est importante, il ne faut pas oublier que c’est le premier facteur d’encrassement de l’organisme.
il est important d’appliquer une alimentation hypotoxique riche en crudités au début de chaque repas, en légumes et fruits frais (au petit déjeuner et en dehors des repas).

Boire est également indispensable et le choix de l’eau l’est aussi (prenez de l’eau de source comme volcania, mont roucous, rosée de la reine, montcalm car elles sont très peu minéralisées et permettent aux reins de bien faire leur travail).

  1. Exercice Physique :

l’exercice physique est important dans la vie de tous les jours. Par contre il ne faut jamais aller au delà de vos capacités (surtout si vous reprenez un sport et que vous n’en avez pas fait depuis longtemps) car autant ne pas faire de sport est nefaste que dépasser ses capacités l’est aussi.

  1. Drainage des intestins avec XANTIS DETOX :

Vous avez un très bon complément alimentaire qui permet de drainer les intestins c’est le DETOX de XANTIS, il libère les déchets accumulés dans les intestins rapidement grâce au magnésium et au grains fermentés dont il est composé.

le DETOX est à prendre pendant dix jours à raison d’une cuillère à café diluée dans un verre d’eau le soir avant de se coucher.

  1. Drainage du corps avec XANTIS DRAINE :

Après les dix jours de DETOX vous pouvez continuer pendant 3 semaines avec XANTIS DRAINE qui va drainer en profondeur le corps.
Ce produit en même temps qu’il draine tonifie les fonctions vitales et active les 5 émonctoires. Il favorise également la circulation.
Prendre 2 bouchons dans 1,5 litre d’eau à boire durant la journée.

Pour trouvez les produits Xantis près de chez vous consulter le site : voir les points de vente

Alors bonne cure de Printemps. N’hésitez pas à revenir régulièrement pour consulter nos nouveaux articles.

Corinne SUDRIE

Praticien de Santé Naturopathe, Diplômée de l’école CENATHO (Daniel KIEFFER) / inscrite à la Fédération Française de Naturopathie (FENAHMAN)
Les consultations de naturopathie se font au 24 rue du Maréchal GALLIENI 78800 HOUILLES.

avr 06

Les phosphates alimentaires responsable du THADA (Troubles de l’hyper-activité et du déficit de l’attention)

Le THADA ou TDAH ou trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité progresse d’année en année et touche de plus en plus d’enfant. C’est la raison pour laquelle je souhaite vous informer de ce sujet.

Les informations que je vous transmets aujourd’hui sont issues de la publication « Santé publique ».

Les phosphates sont quasiment présents dans tous les aliments contenant des addidifs. Leurs utilisations est telle que, depuis 10 ans, leur présence a augmenté de 300% (notamment avec l’apparition des barres que l’on donne au gouter pour les enfants).

Si les phosphates sont nécessaires à la croissance des enfants et au bon fonctionnement du corps, ils entrainent lorsqu’ils sont en excès, de graves troubles de comportement :

  1. Difficultés psychomotrices,
  2. Agressivité, violence,
  3. QI normal, voire supérieur mais en situation d’échec,
  4. Tocs, tics, dyskinésies,
  5. Instabilité émotionnelle,
  6. Insomnie,
  7. Impulsivité,
  8. Incapacité à s’adapter et s’intégrer,
  9. Distraction permanente
  10. Morosité,
  11. Susceptibilité exagérée.

L’intoxication aux phosphates bloque la sécrétion de l’hormone noradrénaline des glandes surrénales, laquelle commande et règle le flux des excitations nerveuses cérébrales.

La noradrénaline assure aussi la liaison entre le néocortex siège de la réflexion, de l‘analyse et de la création… et le cerveau limbique siège des émotions. D’où un dérèglement du comportement, la personne se retrouve complètement soumise à ses impulsions sans pouvoir les gérer et se comporte de façon anormale.

L’hypoglycémie aggrave le syndrome ainsi que l’absorption d’hydrates de carbone.Un adulte devrait absorber en moyenne que 750mg de phosphore par jour, alors qu’il en consomme 1500 mg par jour.

La ritaline est la seule solution de la médecine officielle, c’est un amphétamine ou drogue interdite depuis les années 1970 car elle servait de dopant pour les sportifs.

Elle offre peu de résultat et s’accompagne d’effets secondaires catastrophiques. Elle ne fait rapidement plus d’effet si la dose n’est pas augmentée.

Aux USA 6 millions d’enfants sont sous ritaline et en France 6000. Aux USA la ritaline se deale, se snife, ou s’injecte en intraveineuse. Les USA consomme 90% de la production mondiale.

Comment dépister l’intoxication aux phosphates

Elle se détecte par la mesure du PH salivaire grâce à une bandelette test de PH que l’on trouve en pharmacie.

Un PH alcalin de 8 ou 9 dès le réveil signifie que l’intoxication est avérée.

Antidote contre les phosphates

L’antidote est le vinaigre de vin (acide acétique) qui annule l’effet des phosphates à petite dose. Cela permet de supprimer l’alcalose.

Il faut savoir que l’ingestion de 75mg de phosphates suffit à provoquer une rechute en 20 à 30 minutes.

La prise de d’une cuillère de vinaigre de vin avec autant d’eau et un peu de miel pour le gout va prévenir toute rechute et peut se pratiquer préventivement. A prendre une fois par jour pendant 8 jours.

Il faut s’arrêter lorsque le PH salivaire est devenu acide (PH à 5 ou 6).

L’effet des phosphates est aggravé par le vinaigre de cidre (acide malique) ou le citron (acide citrique).

Par contre le vinaigre balsamique, l’alcool, le vin contiennent de l’acide acétique.

Elimination dans l’alimentation les additifs phosphatés

Aliments à supprimer

  1. Ice tea, Sprite, Fanta (acide citrique + sucre)
  2. Lécithine de soja et œufs (phosphates)
  3. Coca (acide phosphorique passé récemment de 0,55 à 0,7 g/l soit + 27% pour entretenir la soif)
  4. Mars, barre chocolaté, chewing gum,..
  5. Riz incollable (enrobage phosphaté)
  6. Levure chimique alsa pour gâteaux (pyrophosphates 40g/kg de phosphates)
  7. Nutella, nesquick et autres chocolats (vérifier la composition)
  8. E322 : lécithine de soja et jaune d’œuf (dans les plats préparés, glaces, Nutella,…)
  9. E338 (phosphates dans les sodas) à E341 (phosphates dans la charcuterie et le fromage fondu)
  10. E450 a,b,c : di, tri, poly phosphates dans les produits fondus pour enfant (kiri, petit louis, vache qui rit, cancoillotte industrielle)
  11. Acide citrique présent dans les sodas, ice tea et jus concentré
  12. Levure chimique alsa
  13. E1410 à E1414 et E1442 : diamidon phosphaté contenu dans de nombreux biscuits, cakes, gâteaux, goûters,…
  14. Diminuer les oléagineux, les légumineuses, les jaunes d’œuf, le lait de vache si consommation importante. Le lait de vache contient 6 fois plus de phosphate que le lait maternel.

Remplacer ces aliments par :

  1. Céréales infantiles : par exemple gamme Biocarrefour qui est exempte de lécithines, gluten, et protéines de lait de vache entre autres
  2. Diluer les jus de fruits (100% pur jus) ou les préparer soi-même. Jus de fruits marque BIOTTA en boutique BIO
  3. Bicarbonate de sodium pour faire lever les gâteaux (comme nos grand mères)
  4. Chocolat du matin : marque banania, bonneterre, équitable (sauf chocolat dessert), moulin des moines (sauf chocolat dessert)
  5. Prendre du riz normal ou (demi complet ou complet en boutique BIO)
  6. Prendre des fruits, légumes, poulet, poisson, dinde.
  7. Charcuteries sans phosphate

Prendre de la dolomite qui contient du calcium, magnésium

L’excès de phosphate entraine le calcium et le magnésium. La dolomite capture le phosphate.

Elle existe en gélules. Prendre 1 à 2 gélules par jour en rentrant de l’école avec le goûter pour les enfants. La mélanger dans une compote pendant une semaine ou plus si l’enfant mange à la cantine et ne peut pas éviter les mets contenant l’additif phosphaté.

avr 05

Les Intestins : des alliés insoupçonnés

Le rôle des intestins
Les intestins ou le colon a un rôle important :

  1. Rôle de formation de la matière fécale en réabsorbant l’eau et en sécrétant du mucus ce que tout le monde connaît.
  1. Rôle d’élimination et de détoxification,
  1. Rôle de protection de l’organisme.

Le rôle de détoxification
Les intestins récupèrent les déchets de la digestion, les sucs biliaires, les déchets de la muqueuse intestinale.
Dans les déchets de la digestion on retrouve les surplus alimentaires, les fibres qui ne sont pas assimilables.
La muqueuse intestinale permet de sélectionner certaines substances bonnes pour nous et d’éliminer celles qui sont néfastes. Si les toxines s’accumulent, à la longue la muqueuse va s’enflammer et s’infecter jusqu’au moment où la sélectivité de la muqueuse intestinale ne se fera plus, ce qui va permettre aux toxines et aux substances mal digérées de se diffuser dans le sang et dans tout le corps.

Par conséquent nous voyons que le foie n’est pas le seul organe qui a un rôle de détoxification mais que les intestins sont également très importants dans la fonction de détoxification.

D’ailleurs si nous regardons en arrière, de tout temps les médecines traditionnelles ont suivi avec un grand intérêt le bon fonctionnement des intestins.
C’est pourquoi nous retrouvons d’anciennes techniques comme : les vermifuges, les lavements, les douches rectales, les massages abdominaux,…

Bouddha ne disait-il pas qu’un sage est celui qui va bien de l’intestin.

Plus récemment, le Docteur Catherine KOUSMINE préconisait des lavements à la camomille afin de nettoyer les intestins et réduire son inflammation.
Il est donc particulièrement important de maintenir une muqueuse intestinale saine.

Rôle de protection de l’organisme
L’intestin est une frontière entre le milieu extérieur et l’organisme, il assure une protection efficace contre les bactéries, virus, toxiques et allergènes présents. Il exerce cette action protectrice grâce à trois lignes de défense :
la flore intestinale, l’épithélium intestinal et le système immunitaire intestinal.

La flore intestinale est très importante et a pour rôle :

  1. De finir la dégradation des aliments non encore digérés,
  1. De supprimer les toxines comme le ferait le foie : si la flore est dégradée, elle ne peut pas assurer cette charge et le corps renvoie alors au foie cette fonction,
  1. De recycler ou traiter l’urée, l’ammoniac, le cholestérol, les hormones stéroïdiennes,
  1. De synthétiser les vitamines du groupe B et notamment la B12 qui est anti-anémique,
  1. De synthétiser la vitamine K qui est anti-hémorragique,
  1. De protéger et régénérer la muqueuse intestinale,
  1. De finir la dégradation des glucides : si la flore n’est pas correcte cela va produire des gaz non odorants,
  1. De finir la transformation des protéines : si la flore n’est pas correcte cela va produire des gaz odorants,
  1. De servir de barrière immunologique : en effet, des recherches scientifiques ont prouvé que les intestins jouaient un rôle important dans le système immunitaire car la muqueuse intestinale contient un nombre de cellules immunitaires très important dans l’intestin grêle : c’est un organe lymphoïde qui possède des globules blancs. L’intestin synthétise les immunoglobulines IgA, G, M,… ce qui lui permet d’éliminer les germes indésirables. Heureusement que cela fonctionne ainsi car sinon nous serions toujours malades.
  1. De moduler la vitesse du transit intestinal.

Quels sont les éléments qui peuvent perturber la flore intestinale :
La flore peut être perturbée pour différentes raisons : alimentaire, médicaments, émotionnelles

Raisons alimentaires :
carences :De nos jours, nous mangeons de plus en plus une alimentation carencée (voir article alimentation équilibrée). Ces carences portent sur les enzymes, les vitamines, les oligo-éléments, les minéraux, les fibres. Très souvent ce n’est malheureusement pas qu’une seule catégorie qui est carencée mais l’ensemble. Or il faut savoir que certains de ces éléments servent à nourrir la flore intestinale.

Les aliments trop cuits : La cuisson détruit toutes les enzymes, presque toutes les vitamines, ce qui va entraîner une carence (voir article alimentation équilibrée).

Les aliments raffinés : Notamment les céréales ne possèdent plus de fibres (voir article alimentation équilibrée).

Les abus de sucre :Le sucre de nos jours est partout dans les bonbons, confiseries, gâteaux, sodas, coca cola, sirops, confitures, glace, desserts lactés, alcool,… Le sucre va entraîner une fermentation du colon droit avec ballonnement, et empêcher par la suite le bon fonctionnement immunitaire de l’intestin.

La consommation régulière du lait de vache et de ses dérivés :Le lait de vache nous le savons maintenant entraîne des allergies directes ou des allergies croisées (comme lait + chocolat + miel par exemple). Dans l’allergie il y a production d’histamine et celle-ci est produite par les mastocytes dans la paroi de l’intestin grêle et du colon, provoquant une réponse inflammatoire pour amener des cellules immunitaires du flux sanguin à l’endroit où l’allergie se produit. De plus le lactose fuit de l’intestin en entraînant le magnésium et les oligo-éléments.

Les abus de viandes, abats, charcuterie, crustacés :Ils augmentent la putrescence au niveau du colon gauche avec des surcharges d’acide urique et de cholestérol.

Les excès de crus, fruits :Ceci est plus rare que les cas précédents. Autant la carence en fibre est préjudiciable, autant son excès l’est aussi car cela va agresser la muqueuse, l’enflammer puis activer le transit intestinal et provoquer des diarrhées. Tout cela va donc empêcher la flore de se renouveler afin de protéger la muqueuse intestinale. Paracelse n’a-t-il pas dit : Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose compte.

Les excès de lipides, beurre, ou crème : En plus du risque de cholestérol et triglycéride, ce type d’acide gras (saturé) perméabilise la muqueuse intestinale, c’est-à-dire que la muqueuse va laisser passer plus facilement les bactéries et toxines.

L’abus d’excitants (café, thé, cacao, chocolat, coca cola) :Tous ces produits en plus de déséquilibrer le système de la glycémie et d’arrêter la digestion pendant 4 heures, sclérosent la muqueuse intestinale et activent le transit intestinal. De plus il semblerait qu’ils aient un pouvoir de chélation empêchant l’assimilation des minéraux, vitamines,… Alors déjà que nous sommes la plupart carencés !!!!

Le manque d’eau :Le fait de ne pas boire assez d’eau est une des raisons de constipation et donc de mauvais fonctionnement des intestins et par conséquent la flore va se dégrader.

L’abus de boisson : Au contraire va accélérer le transit et si de plus vous la consommez pendant vos repas les quelques enzymes qui restent dans votre assiette et vos sucs digestifs vont être complètement dilués. Le résultat est donc une mauvaise digestion.

Les associations alimentaires : iI existe des associations qui ne sont pas forcément bonnes car elles alourdissent la digestion et favorisent les fermentations intestinales, ce qui a pour effet de déséqilibrer la flore. Ce sont :
Protéine et amidon : viande, poisson + riz, pomme de terre, pâte
Amidon + acide : pâte, riz, pomme de terre,… + fruit, vinaigre,yaourt,…
Fruits crus à tous les repas : sauf pomme non acide

Les excès d’épices : Les excès d’épices enflamment le colon. Il est préférable d’utiliser des aromates.

Le gluten : Il existe de plus en plus d’intolérance au gluten. Il est contenu notamment dans les céréales seigle, avoine, blé, orge. Il faut manger le gluten avec des aliments crus qui contiennent des vitamines E et B (comme les graines germées) sinon il se colle à la paroi intestinale et ralentit le transit intestinal, empêchant l’absorption des aliments bons pour l’organisme.

Raisons médicamenteuses :Voici les différents types de médicaments qui sont susceptibles de jouer un rôle perturbant sur la flore intestinale : antibiotiques, anti-inflammatoires, laxatifs, anti-parasitaires, désinfectants, immuno-supresseurs, sulfamides.

Ce qui est important c’est de penser à régénérer la flore intestinale après le traitement donné par votre médecin.

Raisons émotionnelles :
Le stress : il joue de façon invisible sur notre intestin : nous mangeons trop vite car nous sommes pressés, nous sautons des repas puis ensuite nous mangeons trop,…
Les émotions comme la peur, la tristesse, la colère peuvent induire des troubles au niveau de la digestion : gaz, ballonnement, brûlure d’estomac, colite, constipation, diarrhée, vomissement…

Quels sont les éléments qui peuvent nous aider à protéger et à régénérer la flore intestinale :
Alimentation :
Compte tenu du précédent chapitre vous avez les éléments qui vous sont nécessaires pour éviter que la flore ne soit perturbée. Il est évident que c’est une transformation complète de la façon de se nourrir.

Il faut le faire en douceur et petit à petit, chercher les aliments qui vous font plaisir parmi ceux qui vous sont proposés. Il est sûr que le changement à effectuer est individuel et personnel.

Certaines personnes vont pouvoir changer du jour au lendemain complètement leur alimentation, pour d’autres c’est impossible. Alors respectez vous, établissez un plan personnel de changement et respectez le.

Regardez les différents articles qui existent dans le thème Alimentation, cela peut vous aider.

Les compléments alimentaires :
Le charbon végétal :
C’est un complément alimentaire de grand-mère, il permet d’assainir les intestins car il absorbe tout (gaz, métaux lourds, toxines, …)
Il ne faut pas le prendre en même temps qu’un traitement médical ou pilule car le charbon va inhiber le traitement ou pilule.
Il a tendance à constiper.

Les probiotiques :
Il existe actuellement beaucoup de probiotiques. Ils permettent de régénérer la flore et de l’entretenir. Ils sont à base de ferments lactiques, de bifidobactéries, d’autres bactéries sporulées, dont Bacillus subtilis et cereus.

Dans cette catégorie nous avons : le lactibiane (PILEJE), le floril(MBE), bio-protus (CARRARE). Mais il y en a plein d’autres.

La chlorophylle :
La chlorella est une algue qui contient beaucoup de chlorophylle et qui permet d’assainir les intestins et de se débarrasser des métaux lourds dans les intestins.
Dans cette catégorie nous avons : le chlorophyllum (SOFIBIO), le floril(MBE), la chlorella (MBE)

avr 04

Les combinaisons alimentaires : comment combiner les aliments au quotidien pour une bonne santé, les erreurs à ne pas commettre

De nos jours, nous mangeons de plus en plus mal avec des conséquences néfastes pour la santé. Différents régimes prétendent ramener la santé, mais qu’en est-il des combinaisons alimentaires ?

Il est important d’associer correctement les aliments c’est-à-dire d’avoir une alimentation variée, d’utiliser les bons aliments au quotidien afin que ceux-ci soient digérés et assimilés de façon optimum.
Si la phase de digestion se passe mal (mastication insuffisante, repas trop riche, faiblesse enzymatique, etc.), l’assimilation sera d’autant perturbée.
Si la digestion est trop rapide, la durée du passage des aliments dans l’intestin grêle (trop courte) ne laisse pas à ce dernier le temps d’assimiler la totalité des nutriments qui lui sont offerts. De cette mauvaise assimilation s’ensuivent des carences.

Une mauvaise digestion se caractérise par des troubles digestifs, de la fatigue après le repas, des flatulences, des ballonnements. Ces différents problèmes sont la plupart du temps simplement dus à une mauvaise association alimentaire qui, si cela perdure, dérègle notre santé.

La difficulté en somme est de trouver l’adéquation idéale entre les capacités biologiques de digestion et d’assimilation de notre corps.

Les règles de base :

Avant même de parler de combinaisons alimentaires, il est important d’appliquer les règles suivantes :

1) Manger moins

Notre société actuelle consomme beaucoup trop de nourriture et qui plus est de mauvaise qualité. L’important est qu’à la fin du repas, vous sortiez de table sans être complètement rassasié. Si vous ouvrez le bouton de votre pantalon car vous n’avez plus de place, cela indique que vous avez trop mangé. Ne vous resservez pas à table.

2) Manger des aliments de qualité et vitalisants

En effet, notre alimentation actuelle est trop cuite, ou déjà préparée. Si vous ne consommez que des aliments cuits, vous serez obligatoirement carencé en vitamines, minéraux, enzymes, oligo-éléments.

C’est pourquoi, il est important de rajouter des aliments crus, qu’en naturopathie nous qualifions de vivants, alors que les aliments cuits sont considérés comme morts.
Ceux qui sont sensibles sur le plan des intestins devront commencer avec des jus de légumes qui peuvent être dilués avec de l’eau au début, afin d’habituer son corps.

Vous pouvez prendre un jus de légumes comme apéritif. Il permettra d’apporter les éléments vitaux (vitamines, oligoéléments, minéraux, enzymes) favorisant la digestion des aliments cuits.

Puis passez à des crudités sous formes de salades simples ou composées, pensez également à ajouter des graines germées (alfalfa, radis, poireaux, moutarde) qui sont un concentré d’éléments vitaux, revitalisants, sources de santé et de jeunesse.

Remplacez les aliments raffinés par des aliments complets ou demi-complets. En effet, les aliments raffinés ne possèdent pratiquement plus d’éléments nutritifs, c’est dans les aliments complets et demi-complets que se trouvent les vitamines, oligoéléments, minéraux, enzymes, et acides gras assimilables.
Ainsi, il est important de modifier nos anciennes habitudes en intégrant au quotidien non seulement les céréales complètes, mais aussi les huiles pressées à froid, le sel gris de Guérande, le sucre complet.

3) Diminuer la quantité de protéines animales

Les protéines animales consommées régulièrement ont le défaut d’apporter à l’organisme de trop grandes quantités de toxines et des graisses de mauvaise qualité. Les moins nocives sont le poisson, la volaille et les oeufs. On peut ajouter un jaune d’œuf bien frais cru au dernier moment sur du riz, des légumes ou manger l’œuf entier à la coque (contrairement au jaune, le blanc d’œuf ne doit pas être consommé cru)

Un mélange de céréales et de légumineuses peut remplacer un bon steak en terme d’apport protéique.
4/5 de riz demi-complet et 1/5 de lentilles corails (couleur orange, très digeste) est un mélange parfait contenant l’ensemble des protéines sans aucune carence d’acides aminés.

Quel est l’intérêt des combinaisons alimentaires

De la recherche de la meilleure digestion possible est née le régime des combinaisons alimentaires. En effet, une digestion imparfaite ou ralentie provoque des fermentations et putréfactions intestinales, sources notamment de troubles digestifs et d’intoxination (absorption par le sang des toxines nées dans l’intestin) et qui peuvent être à l’origine de toutes sortes de maladies.

Les bonnes combinaisons alimentaires s’appuient sur le principe que les familles alimentaires que sont les amidons, farineux, protéines, légumes et fruits se digèrent très différemment du fait :

  1. De la durée de digestion différente pour chaque catégorie d’aliments
  1. Du lieu de digestion différent
  1. Du degré d’acidité différent pour la digestion des aliments
  1. Des enzymes différentes (les enzymes permettent de dégrader les aliments en éléments unitaires assimilables que l’on appelle nutriments : acides aminés, acides gras, oses). Une enzyme s’occupe uniquement d’un type d’aliment à l’exclusion de tout autre.

A titre d’exemple :

  1. La ptyaline se trouve dans la bouche et plus particulièrement dans la salive. Elle permet de commencer la dégradation des amidons et a besoin d’un milieu alcalin.
  1. La pepsine se trouve dans l’estomac et concasse les protéines en peptides. Pour se faire il lui faut un milieu acide.
  1. La lipase pancréatique associée à la bile dégrade les graisses dans le duodénum en acides gras.

Cet exemple montre que la digestion de la viande (protéine/milieu acide) et celle de céréales (amidon, farineux/milieu alcalin) au même repas sont « contradictoires ».

En ce qui concerne les différentes vitesses de digestion, il faut savoir que les sucres des fruits sont quasi directement assimilables sans subir de digestion. De leur côté, les graisses ralentissent la digestion car elles passent en premier et les autres aliments « attendent » patiemment dans l’estomac que les graisses aient fini leur émulsion dans le duodénum.

C’est donc à partir d’observations sur la physiologie de la digestion qu’on a pu tirer les bases des combinaisons alimentaires favorables ou non à la santé.

Origines des combinaisons alimentaires

Le principe des combinaisons alimentaires a été développé aux Etats-unis par l’hygiéniste Herbert M SHELTON.

Voici les règles énoncées par Shelton : (cf. « Les combinaisons alimentaires » éditions courrier du livre)

  1. Manger acides et amidons à des repas séparés
  2. Manger les aliments protéiques et les hydrates de carbone (amidon/farineux) à des repas séparés
  3. Ne manger à un même repas qu’un aliment contenant une protéine concentrée
  4. Manger les protéines et les acides à des repas séparés
  5. Manger les corps gras et les protéines à des repas séparés
  6. Manger les sucres et les protéines à des repas séparés
  7. Manger amidons et sucres à des repas séparés
  8. Manger les melons seuls
  9. Prendre le lait seul, ou n’en prendre point du tout
  10. Délaisser les desserts

Un exemple de menu basé sur la théorie des combinaisons alimentaires de Shelton serait :

  1. Petit-déjeuner : Un repas de fruits
  1. Déjeuner : Un repas de farineux et de légumes verts
  1. Dîner : Un repas de protéines et de légumes verts.

Il s’agit en réalité plutôt de dissocier que de combiner les aliments.

Les dangers du régime de SHELTON lorsqu’il est pratiqué en permanence

Cette méthode a été très controversée. En effet, les aliments sont tellement dissociés qu’elle s’approche de ce que l’on appelle en naturopathie « Monodiète », c’est-à-dire la consommation d’un seul aliment à un repas.

L’intérêt d’une monodiète est d’alléger le système digestif, pour augmenter la qualité de digestion et économiser l’énergie vitale.
La monodiète est donc pratiquée sur une durée déterminée lorsque nous avons des difficultés à digérer, pour maigrir, pour mettre au repos le système enzymatique et économiser de l’énergie vitale.

Il est néfaste de l’appliquer en permanence pour deux raisons. La dissociation trop importante des aliments, d’une part engendre des carences et des déchets toxiques, d’autre part elle accélère la digestion de façon néfaste ne laissant pas le temps, à l’intestin grêle, d’assimiler les nutriments présents.

Au bout de 3 semaines à un mois, il est possible d’avoir des carences surtout pour des personnes qui ont peu de réserves comme les personnes âgées, et pour celles qui ont des besoins vitaux importants comme les enfants et femmes enceintes. Il y a risque de retards de croissance chez l’enfant.

L’absence de protéines est dangereuse car elles ont 4 grandes fonctions importantes et assurent :

  1. La croissance
  1. La nutrition de la cellule
  1. La restauration cellulaire
  1. La reproduction cellulaire et sexuée des cellules

Les protéines ont une action ubiquitaire, elles sont partout : os, muscle, tendon, peau, cartilage, tube digestif, toxine, bactérie, hormone, enzyme, cellules immunitaires. Chez un enfant, il est facile d’imaginer ce que peut engendrer un tel régime.

En l’absence de glucides l’organisme se voit priver de sa source énergétique de base (le glucose, nécessaire pour la production d’ATP ou énergie).
Il doit donc recourir à des systèmes de secours pour sa production d’énergie : la néoglucogénèse et la b-oxydation :

  1. L’absence de glucides lors d’un repas protéiné entraîne la désamination par le foie de presque tous les acides aminés ce qui a pour effet d’augmenter la production d’urée et produire à la fin une carence protéinique. Le corps va également puiser dans les muscles, les réserves de glucose ce qui peut entraîner à la longue l’amaigrissement par fonte musculaire.
  1. L’absence de glucides lors d’un repas lipidique entraîne la b-oxydation des lipides, mécanisme permettant d’utiliser les lipides pour la production d’ATP (énergie). En même temps il y a production de corps cétoniques en abondance et à long terme on peut arriver à une cétose.

On constate donc que ce régime, en s’évertuant à épargner le système digestif et à ne pas produire de toxines intestinales mobilise d’autres systèmes qui sont des systèmes de secours produisant d’autres déchets toxiques.

Les bonnes combinaisons alimentaires

Je pense qu’il faut s’inspirer de la nature. Dans la nature, il est difficile de trouver des aliments qui ne possèdent pas plusieurs composants en même temps, elle les associe de façon juste. Toutefois, les aliments ont une dominante en glucides, lipides ou protéines. Pourquoi doit-on les dissocier à l’extrême ?

Je pense qu’un excès en tout est un défaut et je préfère en général la voie du milieu. En effet, certains principes de Shelton sont très intéressants mais cette méthode, poussée à l’extrême, atteint vite ses limites.

A trop se concentrer sur la digestion, on en oublie la question de l’assimilation. Or, si la digestion est trop rapide, l’intestin grêle n’a simplement pas le temps d’assimiler les nutriments. Et l’on passe à côté de la fonction première de l’alimentation, la nutrition des cellules.

Vous trouverez ci-après les combinaisons alimentaires respectant à la fois la physiologie digestive et une bonne assimilation.

Ce tableau recense les grandes familles d’aliments qu’il est important de distinguer :

Protéines fortes Viandes, poissons, volailles, crustacés, œufs, fromages cuits, gouda, comté
Protéines faibles Soja, légumineuses, pois frais, champignons, algues, tempeh, seitan, tofu, sésame, amandes, noisettes, …
Protéines fromages frais Yaourts, fromages blancs, chèvres frais, brebis frais, petit suisse, ricotta,…
Farineux forts Riz, pâtes, avoine, épeautre, blé, orge, seigle, pain complet, sarrasin, millet, maïs,…
Amidons faibles Biscottes, pilpil, boulgour, flocons de céréales, potimarrons, potirons, pommes de terre, patates douces, châtaignes
Fruits Acides : Citrons, oranges, pamplemousses, tomates, ananas, fruits de la passion, kiwis, myrtilles, cerises, groseilles, fraises, framboises, abricots, mûres, …
Mi-acides : pommes, poires, prunes, mangues, pêches, …
Doux : bananes, pruneaux, dattes, figues, raisins, …
Légumes verts et colorés Légumes verts ou colorés crus ou cuits
Aliments spécifiques Melons, pastèques, miel, sucres

Vous trouverez ci-après les bonnes associations avec une bonne assimilation.
Plutôt que de vous donner une liste d’aliments compatibles ou non, je préfère vous donner un tableau de synthèse qui vous permet de comprendre le principe de combinaisons alimentaires entre les grandes familles d’aliments.
Ce tableau résume la planche élaborée par Daniel KIEFFER que l’on peut retrouver dans son livre Naturopathie la Santé pour toujours aux édition Grancher.

Le tableau ci-après indique en vert les combinaisons favorables et en rouges celles qui sont à éviter.

En guise d’illustration voici des exemples et des principes qui en découlent :

1) Manger les fruits crus loin des repas

En effet, le fruit est digéré en quelques minutes dans l’intestin, il ne fait que passer dans l’estomac. S’il est consommé en dessert il devra y rester plusieurs heures, piégé.
Cela entraîne des fatigues après le repas, des fermentations acides digestives, des gaz intestinaux et divers troubles digestifs.
Le meilleur moment pour consommer les fruits est ½ heure avant le repas ou au moins trois heures après celui-ci (10/11 h, 16 / 17 h).

2) Eviter une protéine forte avec un farineux fort ( car la digestion en milieu acide de la protéine bloquerait instantanément celle de l’amidon )

3) Ne pas mélanger au même repas un aliment acide et un farineux car l’acidité inhibe l’enzyme salivaire débutant la digestion des farineux.

Exemple de mauvais mélanges: tomates puis riz, pâtes sauce tomate…

Les combinaisons suivantes ne sont pas favorables:

Proteines fortes Farineux forts
Poisson, steak, volaille, crustacé, fromage cuit, oeuf Riz, pâte, avoine, épeautre, blé, orge, seigle, pain, sarrasin, millet

Par contre sont acceptables sur le plan digestif :

Proteines fortes Amidons faibles
Poisson, steak, volaille, crustacé, fromage cuit, oeuf Pomme de terre, potiron, châtaigne, patate douce
Proteines faibles Farineux forts
Champignon, soja, lentille, pois frais, tempeh, algue, noix, sésame, tofu, amande, noisette Riz, pâte, avoine, épeautre, blé, orge, seigle, pain,sarrasin, millet

Il est possible d’associer des protéines animales avec des amidons pour favoriser l’assimilation. (ex : poisson / pommes de terre). L’œuf peut aussi s’associer aux farineux (œuf coque / pâtes).

Les légumes cuits ou crus s’associent favorablement avec tout, sauf quelques aliments spécifiques comme le miel, le melon (voir liste ci-dessus).

Associer les protéines végétales avec les farineux est digeste, pas encrassant. C’est quelque chose à favoriser en hiver et le soir.

Les fromages frais, yaourts autres que de vache (de chèvre, soja, brebis) peuvent être associés avec des fruits ou légumes cuits ou crus. Il ne faut pas les mettre en fin de repas.

4) Les lipides sans excès accompagnent les aliments. Il en faut une trace.

5) Voici quelques combinaisons favorables au même repas qui découlent du tableau

  1. Légumes crus ou cuits avec des moules et des pommes de terre (mais pas des frites !)
  1. Potimarron gratiné au gruyère
  1. Légumes cuits avec semoule et pois chiches (c’est le couscous végétarien), à condition de respecter les proportions suivantes : amidons 4/5ème + légumineuses 1/5ème de la quantité totale, pour une assimilation optimale des protéines végétales.

6) Menu type respectant les combinaisons alimentaires

Matin :
fromage blanc avec fruits (banane, pomme, poire, fruits de la saison, évitez les oranges ou mandarines en hiver car trop acide)
ou banane écrasée avec pomme râpée et poudre d’amande dégraissée
thé vert ou tisane (thym, romarin, menthe, anis vert,….)

Midi :
jus de légumes en apéritif
crudité
poisson + haricot + pomme de terre

Soir :
crudité
4/5 riz complet ou demi complet avec 1/5 de lentilles corail
ou couscous végétarien légumes cuits avec semoule 4/5 pois chiche 1/5

Le régime basé sur les combinaisons alimentaires permet de tenir compte de la physiologie de l’homme qui anatomiquement est plus proche des frugivores que des carnivores. Il est important d’associer les aliments de façon pertinente afin de réaliser la fonction primordiale de l’alimentation : la nutrition de la cellule. C’est donc un compromis entre la physiologie de la digestion et celle de l’assimilation qui offrira la santé. Shelton est allé très loin au point de perdre de vue l’assimilation. En s’inspirant de ses travaux sans sombrer dans l’extrême, on peut mettre en place un cadre d’alimentation qui favorise grandement la santé.

mar 04

Alimentation pacifiant le Dosha VATA


En fonction de votre constitution ayurvédique, vous allez choisir l’alimentation qui va équilibrer votre dosha dominant. Ce type d’alimentation s’appelle aussi « Alimentation pacifiante ».

Vous trouverez ci-dessous l’alimentation qui équilibre ou pacifie le dosha VATA.

Si vous avez des insomnies, du stress, de la nervosité, des inquiétudes en suivant ce mode d’alimentation, vous devriez sentir une amélioration au bout de deux semaines. Lire la suite