L’argile : Comment faire des cataplasmes d’argile ? (3)

Cataplasme d'argileL’argile : Comment faire des cataplasmes d’argile ?

Par Laurence Rozanes, naturopathe, sophrologue et Katia Alfred-Salomon,  naturopathe.

Cet article répond à l’ensemble des questions sur les cataplasmes d’argile.

Préparation de l’argile verte concassée (sauf visage) pour les cataplasmes ou compresses chauds ou froids

Se munir d’un récipient creux (cuvette, saladier, jatte) en émail, terre, bois, verre ou faïence mais ne jamais employer de métal (aluminium ; cuivre, fer nu, étamé ou galvanisé) sauf l’acier inoxydable. Eviter autant que possible les matières plastiques.

Conserver toujours un peu d’argile sèche pour le cas où le mélange, trop clair, devrait être épaissi. Il est préférable que ce mélange soit un peu clair car il est plus facile d’ajouter de l’argile que de l’eau.

Il est possible de préparer de l’argile pour plusieurs jours.

  1. Placer l’argile dans le récipient en égalisant la surface aussi bien que possible
  2. Ajouter ensuite de l’eau non bouillie jusqu’à ce que l’argile soit à peu près recouverte et laisser reposer environ une heure (ou plus) sans toucher. L’argile verte se désagrège au contact de l’eau et le mélange s’opère tout seul. (approchez votre oreille et écoutez l’argile chanter !) Inutile de malaxer, cela réduirait le pouvoir d’absorption de l’argile.
  3. La quantité d’eau à apporter peut être différente suivant les argiles, cela nécessite un petit apprentissage au début. La consistance de la pâte ne doit être ni trop dure, ni trop molle. Si l’argile est trop dure (son pouvoir absorbant diminue) ajouter un peu d’eau ; si l’argile est trop liquide (le cataplasme va glisser), ajouter de l’argile en poudre à la surface.
  4. Chaque fois que cela est possible, placer le récipient au soleil, en couvrant avec une gaze pour protéger des impuretés.

La pâte prête doit être lisse, bien homogène, et pas trop épaisse, juste à point pour ne pas couler, assez souple, afin de bien s’adapter aux méandres et protubérances, tout en restant assez ferme pour ne pas couler ni s’écraser lorsque le cataplasme est appliqué sur la région lombaire ou la colonne vertébrale.

Préparation du cataplasme

Prendre de l’argile avec une spatule ou une cuillère en bois et la poser sur :
un tissu (que l’on devra laver entre chaque application) ou du papier absorbant (genre essuie-tout) qui se jette après usage (c’est le plus pratique) ou une feuille de choux (qui garde l’humidité de l’argile et ne se déchire pas comme le papier). Il est indispensable que le support dépasse largement autour du cataplasme car, lors de la pose, l’argile va s’étaler un peu.

Pose du cataplasme

Le cataplasme se pose côté argile directement sur la peau. Ensuite appuyer dessus afin que l’argile adhère vraiment bien à l’endroit voulu, colle complètement sur la peau.
Si le cataplasme est très humide et que le papier se déchire, on peut reposer du papier absorbant, ou mieux un linge de tissu qui absorbera l’excès d’humidité et maintiendra encore mieux le cataplasme. Par exemple : pour entourer un poignet, une cheville ou un genou.

Ensuite, il est nécessaire de bander le cataplasme afin de le maintenir bien en place pendant la durée nécessaire. L’argile mouillée pèse relativement lourd. Si l’on se repose après la pose, il n’y a pas de problème ; mais si l’on doit effectuer une activité, le cataplasme risque de bouger.  Il faut donc utiliser une ou plusieurs bandes (genre Velpeau) que l’on croisera pour assurer le maintien du cataplasme selon les recommandations connues en secourisme.

Durée du cataplasme

Elle est variable selon l’affection : de quinze minutes à une nuit, mais en général de une à deux heures.
Pour la majorité des affections, laisser agir le cataplasme durant deux heures, sauf si les désagréments cités ci-après (*) surviennent. Pour les brûlures, plaies purulentes, accidents douloureux, il convient de renouveler plus rapidement : laisser le premier cataplasme 15 minutes, le second 30 minutes, le troisième une heure, en fonction de l’évolution.

(*) Il faut savoir que l’argile verte agit tant qu’elle reste humide. Lorsqu’elle sèche, elle n’a plus d’action.
De plus, lorsqu’elle devient de plus en plus chaude, c’est qu’elle a absorbé l’inflammation, la fièvre, en résumé, le mal. Il faut donc l’enlever et renouveler le cataplasme pour poursuivre le traitement. A l’inverse, si l’on ressent une sensation de froid gênante, il faut aussi l’enlever plus rapidement.
On peut dire que lorsque le cataplasme entraîne une sensation de gêne, qu’on a des difficultés à le supporter, que la douleur disparue revient, ou que l’on sent que le cataplasme se décolle tout seul de la peau, c’est qu’il a fini d’agir et qu’il faut l’ôter. Il a partiellement séché et s’enlève avec facilité

Après l’avoir retiré, racler les éventuels restes d’argile, laver à l’eau. Sur les plaies ouvertes ou les cataplasmes renouvelés immédiatement, inutile de nettoyer, le cataplasme suivant s’en chargera. 

Remarque : un cataplasme d’argile verte ne peut servir qu’une seule fois, il ne faut jamais le réutiliser. Il convient de le jeter car il a pu absorber des toxines, de mauvais éléments et il est dévitalisé.

Cadence d’application

Dans les cas d’urgence, les cataplasmes seront renouvelés les uns derrière les autres, sans interruption. On continuera aussi toute la nuit si nécessaire. Ce sont les cas de brûlures, fièvres, maturation d’un abcès, inflammation à résorber,  accidents, blessures (doigt écrasé, foulure, coupure profonde,). L’arrêt prématuré d’application d’argile verte permettrait au mal de reprendre le dessus.
Puis, lorsque cela va mieux (en général après une journée), on laisse un temps de pause entre deux cataplasmes, temps qui augmentera en fonction de l’évolution de la guérison sur plusieurs jours : une heure, trois heures, cinq heures, une demi-journée….

Pour les autres cas, relevant moins de l’urgence : deux cataplasmes de 2 heures par 24 heures ou quatre cataplasmes de 1 heure par 24 heures. Si l’on travaille la journée, un cataplasme pourra être posé la nuit.

Les résultats seront plus rapides et donc plus efficaces si on applique de l’argile verte fréquemment. Il est certain que son utilisation nécessite un apprentissage qui s’acquière par l’expérience.

 Précautions d’emploi spécifiques pour l’usage externe

  • Argile, pace maker et stérilet : pas de cataplasme d’argile sur ou à proximité car risque de perturber l’activité électrique ou/et de faire bouger.
  • Argile et varices : pas de cataplasmes d’argile sur les varices mais éventuellement une très fine couche sinon cataplasme de feuilles de chou.
  • Argile et température : poser les cataplasmes ou compresses d’argile froides sur un endroit chaud, fiévreux, enflammé, congestionné, et de l’argile chaude ou tiède pour stimuler un organe ou réchauffer une articulation.
  • Il faut éviter à l’argile le contact direct d’une source de chaleur trop vive.  Le bain-marie est le meilleur moyen pour conserver intactes les propriétés de l’argile
  • L’argile ne peut être chauffée deux fois, il faut donc chauffer que ce qui est nécessaire pour le cataplasme
  • Jeter l’argile après usage car elle est dévitalisée et imprégnée des toxines qu’elle a absorbées.

Réactions

Les cataplasmes peuvent entraîner des effets inattendus ou surprenants, qui ne doivent pas inquiéter quand on est prévenu. On peut avoir l’impression de constater une recrudescence du mal quand on retire les premiers cataplasmes. Par exemple, les applications sur des plaies vont agrandir la plaie, la creuser davantage. Ou bien l’argile va extraire du sang, du pus …C’est l’action de nettoyage et de drainage de l’argile verte qui s’exerce en attirant toutes les toxines vers la partie du corps traitée.

Ensuite, lorsque les toxines auront été enlevées, la plaie se refermera progressivement jusqu’à la cicatrisation complète. Mais en général, on constate aussi rapidement une diminution des rougeurs quand il y a de l’inflammation, preuve de l’action positive de l’argile verte.

Il peut arriver aussi qu’apparaissent, alors qu’il n’y en avait pas, des rougeurs, des boutons, ainsi qu’une démangeaison difficile à supporter. C’est parce que le cataplasme attire à lui des substances toxiques provenant de l’intérieur du corps. Elles traversent les tissus et s’évacuent par la peau à l’endroit où est posé le cataplasme. Il est préférable de stopper les cataplasmes momentanément et de les reprendre quand les inconvénients ont disparus. Prendre des tisanes pour aider à l’évacuation.

Étant donné l’action drainante de l’argile verte, il est préconisé, dans de nombreux cas, de poser des cataplasmes sur le bas ventre (= point de drainage). Les toxines sont ainsi attirées vers les intestins ou la vessie et s’évacuent rapidement par leur biais (au lieu de s’évacuer par la peau, ce qui est plus gênant).

Durée du traitement

Attention !

Quand un traitement à l’argile est commencé il faut éviter de l’interrompre, même provisoirement. Il convient d’aller jusqu’au bout c’est-à-dire jusqu’à la guérison car l’application d’argile déclenche des phénomènes qui se répercutent enchaine dans l’ensemble de l’organisme.

Suivant les cas, les cataplasmes seront posés pendant une ou deux journées … jusqu’à plusieurs mois pour des traitements de fond. Cela dépend du problème. Les poses doivent se poursuivre jusqu’à la guérison complète, la disparition de la douleur, la cicatrisation.

La rapidité d’intervention a aussi une grande importance. Si l’argile peut être appliquée immédiatement après un incident, la douleur est de très courte durée, la guérison intervient plus rapidement. Il n’y a pas de cloque après une brûlure, l’ongle ne tombe pas lors de l’écrasement d’un doigt etc … cela en vaut la peine.

L’argile va plus loin que la guérison et parfois « répare » ce que l’on croyait irréparable. C’est ainsi qu’on a constaté qu’un os attaqué et entamé par une infection a pu se reconstituer. De même, on a assisté à la reconstitution des tissus d’une plaie gangrenée.

Certains traitements ont nécessité l’application d’argile verte pendant 2 années.  Mais les patients souffraient tellement qu’ils ont eu la patience de persévérer avec l’argile, alors que toutes les autres thérapies essayées avaient échoué.

Pour plus d’information sur l’argile et ses bienfaits lisez nos autres articles sur le sujet :

Les commentaires sont fermés.