LAVANDE ASPIC et PIQURES DE MEDUSE

Je souhaite vous parler aujourd’hui du bienfait de la lavande aspic lavande aspic.

En décembre je me suis fait piquée par des méduses filamenteuses (type physalie) et j’ai cru que je ne verrai pas Noël cette année. Les piqûres de méduses filamenteuses (type physalie) ont évolué en syndrome Irukandji-Like.

J’ai pu distinguer deux types de piqûres :

  • la première s’apparente à des brûlures, sur lesquelles il y a une inflammation et ensuite des cloques : elle a beaucoup de mal à se résorber,
  • la deuxième causée par les filaments ressemble à des lanières rouges comme si on avait reçu un coup de fouet : Ce type de piqûre démange énormément et lorsque vous vous grattez et que vous touchez une partie saine, vous la contaminez car vous déposez les spores contenues dans les lanières rouges. J’ai passé des nuits blanches et aucune crème locale ne permettait d’arrêter les démangeaisons.

En cherchant j’ai enfin trouvé une préparation qui a pu soulager les démangeaisons et qui m’a permis de retrouver un sommeil réparateur la nuit.

Elle est à base de lavande aspic dont les propriétés connues sont :

  • Antitoxique puissante
  • Fongicide excellente
  • Anticatarrhale, expectorante
  • Cicatrisante en usage externe exceptionnelle
  • Antivirale et stimulante immunitaire
  • Antalgique, analgésique (calme la douleur)
  • Antibactérienne moyenne

Ce sont les propriétés d’une part antalgique et analgésique qui calme la douleur et d’autre part antitoxique puissant qui sont utiles dans cette préparation.

Voici la préparation :

Huile végétale de calophyllum inophyllum                       4ml
HE Lavandula latifolia spica (Lavande Aspic)                   3ml
HE Melaleuca quinquenervia CT cinéole (Niaouli)             3ml
HE Helichrysum italicum (Immortelle)                            1ml

Appliquez cette préparation plusieurs fois par jour et dès que vous sentez les démangeaisons apparaître. Nettoyez les piqûres avant avec du SYNTHOL.

Cette préparation permet d’atténuer les démangeaisons, de cicatriser, et d’avoir un pouvoir anti-infectieux cutanée. Vous garderez les marques de piqûres très longtemps car au bout de 2 mois mes marques commencent à diminuer.

Le syndrome d’Irukandji

Le syndrome d’Irukandji est un syndrome clinique apparaissant après une piqûre de méduse. Il doit son nom au Dr Flecker qui l’a décrit pour la première fois en 1952 dans la région des Cairns (région de l’Australie face à la Grande Barrière de Corail).
Il apparaît typiquement après un délai court (20 min) et associe les signes suivants : douleurs musculaires importantes notamment lombaires, crampes, hypersudation généralisée, sensation de mort imminente, dyspnée, nausées, céphalées, hypertension, tachycardie.
On peut regrouper ces signes en 3 catégories :

  • les signes douloureux,
  • les signes d’hyperadrénergie
  • et les signes de décompensation cardio-pulmonaire.

Les complications cardiaques peuvent êtres graves, mettant en jeu la vie du patient. Leur survenue serait corrélée avec l’intensité et surtout la durée des phénomènes douloureux locaux.

Ainsi on peut observer un trouble de la fonction systolique, avec une élévation de la troponine, modifications de l’ECG, ainsi qu’une dilatation cardiaque à l’échocardiographie.
Cette atteinte est transitoire et son mécanisme n’est pas élucidé. L’évolution peut se faire dans de rares cas vers la détresse respiratoire aiguë et l’oedème aigu pulmonaire.

voir la page pour plus d’information

Les commentaires sont fermés.