Les phosphates alimentaires responsable du THADA (Troubles de l’hyper-activité et du déficit de l’attention)

Le THADA ou TDAH ou trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité progresse d’année en année et touche de plus en plus d’enfant. C’est la raison pour laquelle je souhaite vous informer de ce sujet.

Les informations que je vous transmets aujourd’hui sont issues de la publication « Santé publique ».

Les phosphates sont quasiment présents dans tous les aliments contenant des addidifs. Leurs utilisations est telle que, depuis 10 ans, leur présence a augmenté de 300% (notamment avec l’apparition des barres que l’on donne au gouter pour les enfants).

Si les phosphates sont nécessaires à la croissance des enfants et au bon fonctionnement du corps, ils entrainent lorsqu’ils sont en excès, de graves troubles de comportement :

  1. Difficultés psychomotrices,
  2. Agressivité, violence,
  3. QI normal, voire supérieur mais en situation d’échec,
  4. Tocs, tics, dyskinésies,
  5. Instabilité émotionnelle,
  6. Insomnie,
  7. Impulsivité,
  8. Incapacité à s’adapter et s’intégrer,
  9. Distraction permanente
  10. Morosité,
  11. Susceptibilité exagérée.

L’intoxication aux phosphates bloque la sécrétion de l’hormone noradrénaline des glandes surrénales, laquelle commande et règle le flux des excitations nerveuses cérébrales.

La noradrénaline assure aussi la liaison entre le néocortex siège de la réflexion, de l‘analyse et de la création… et le cerveau limbique siège des émotions. D’où un dérèglement du comportement, la personne se retrouve complètement soumise à ses impulsions sans pouvoir les gérer et se comporte de façon anormale.

L’hypoglycémie aggrave le syndrome ainsi que l’absorption d’hydrates de carbone.Un adulte devrait absorber en moyenne que 750mg de phosphore par jour, alors qu’il en consomme 1500 mg par jour.

La ritaline est la seule solution de la médecine officielle, c’est un amphétamine ou drogue interdite depuis les années 1970 car elle servait de dopant pour les sportifs.

Elle offre peu de résultat et s’accompagne d’effets secondaires catastrophiques. Elle ne fait rapidement plus d’effet si la dose n’est pas augmentée.

Aux USA 6 millions d’enfants sont sous ritaline et en France 6000. Aux USA la ritaline se deale, se snife, ou s’injecte en intraveineuse. Les USA consomme 90% de la production mondiale.

Comment dépister l’intoxication aux phosphates

Elle se détecte par la mesure du PH salivaire grâce à une bandelette test de PH que l’on trouve en pharmacie.

Un PH alcalin de 8 ou 9 dès le réveil signifie que l’intoxication est avérée.

Antidote contre les phosphates

L’antidote est le vinaigre de vin (acide acétique) qui annule l’effet des phosphates à petite dose. Cela permet de supprimer l’alcalose.

Il faut savoir que l’ingestion de 75mg de phosphates suffit à provoquer une rechute en 20 à 30 minutes.

La prise de d’une cuillère de vinaigre de vin avec autant d’eau et un peu de miel pour le gout va prévenir toute rechute et peut se pratiquer préventivement. A prendre une fois par jour pendant 8 jours.

Il faut s’arrêter lorsque le PH salivaire est devenu acide (PH à 5 ou 6).

L’effet des phosphates est aggravé par le vinaigre de cidre (acide malique) ou le citron (acide citrique).

Par contre le vinaigre balsamique, l’alcool, le vin contiennent de l’acide acétique.

Elimination dans l’alimentation les additifs phosphatés

Aliments à supprimer

  1. Ice tea, Sprite, Fanta (acide citrique + sucre)
  2. Lécithine de soja et œufs (phosphates)
  3. Coca (acide phosphorique passé récemment de 0,55 à 0,7 g/l soit + 27% pour entretenir la soif)
  4. Mars, barre chocolaté, chewing gum,..
  5. Riz incollable (enrobage phosphaté)
  6. Levure chimique alsa pour gâteaux (pyrophosphates 40g/kg de phosphates)
  7. Nutella, nesquick et autres chocolats (vérifier la composition)
  8. E322 : lécithine de soja et jaune d’œuf (dans les plats préparés, glaces, Nutella,…)
  9. E338 (phosphates dans les sodas) à E341 (phosphates dans la charcuterie et le fromage fondu)
  10. E450 a,b,c : di, tri, poly phosphates dans les produits fondus pour enfant (kiri, petit louis, vache qui rit, cancoillotte industrielle)
  11. Acide citrique présent dans les sodas, ice tea et jus concentré
  12. Levure chimique alsa
  13. E1410 à E1414 et E1442 : diamidon phosphaté contenu dans de nombreux biscuits, cakes, gâteaux, goûters,…
  14. Diminuer les oléagineux, les légumineuses, les jaunes d’œuf, le lait de vache si consommation importante. Le lait de vache contient 6 fois plus de phosphate que le lait maternel.

Remplacer ces aliments par :

  1. Céréales infantiles : par exemple gamme Biocarrefour qui est exempte de lécithines, gluten, et protéines de lait de vache entre autres
  2. Diluer les jus de fruits (100% pur jus) ou les préparer soi-même. Jus de fruits marque BIOTTA en boutique BIO
  3. Bicarbonate de sodium pour faire lever les gâteaux (comme nos grand mères)
  4. Chocolat du matin : marque banania, bonneterre, équitable (sauf chocolat dessert), moulin des moines (sauf chocolat dessert)
  5. Prendre du riz normal ou (demi complet ou complet en boutique BIO)
  6. Prendre des fruits, légumes, poulet, poisson, dinde.
  7. Charcuteries sans phosphate

Prendre de la dolomite qui contient du calcium, magnésium

L’excès de phosphate entraine le calcium et le magnésium. La dolomite capture le phosphate.

Elle existe en gélules. Prendre 1 à 2 gélules par jour en rentrant de l’école avec le goûter pour les enfants. La mélanger dans une compote pendant une semaine ou plus si l’enfant mange à la cantine et ne peut pas éviter les mets contenant l’additif phosphaté.

Les commentaires sont fermés.