L’olfactothérapie

L’utilisation des huiles essentielles pour améliorer le bien-être physique et psychique a commencé chez les Pakistanais il y a  plus de 7000 ans.

Par la suite, les descriptions de différents usages des huiles essentielles apparaissent en Mésopotamie, en Egypte et chez les Romains.

Les Egyptiens ont élaboré le mode d’utilisation des huiles essentiels le plus diversifié : de l’esthétique et bien être dans la vie quotidienne aux soins des différentes maladies et l’embaumement. Ces pratiques  correspondaient à leur système de croyances concernant les besoins physiques, émotionnels, mentaux, énergétiques et spirituels qui caractérisent les êtres vivants.

En Europe l’usage des huiles essentielles commence à se développer à partir de 15ème siècle pour être relégué en arrière plan par la découverte de la pénicilline en 1935.

En 1970 Valnet relance le débat sur les applications des huiles essentielles dans le domaine de la santé et, en 1990, est publié le premier ouvrage qui décrit les recherches scientifiques concernant leurs propriétés et  indications thérapeutiques : « L’Aromathérapie exactement » de P. Francome et D. Pénoël.

Pour les parfumiers qui utilisent les huiles essentielles dans leur travail, l’objectif principal est de sentir bon.

L’objectif des naturopathes, qui sont souvent également des aromathérapeutes, est de se sentir bien. En effet, les huiles essentielles ont des propriétés qui facilitent l’apaisement et la  rééquilibration des individus aussi bien sur le plan physique que psychique.

L’odorat est un de nos sens qui est rarement abordé dans le travail de la relation d’aide. Il joue cependant un grand rôle dans la perception que nous avons de l’environnement et de nous-même. C’est le seul sens qui est directement lié au cerveau archaïque, il influence d’une manière quasi-instantanée nos états d’âme et guide nos fonctionnements.

Contrairement à la vue, l’ouïe ou au toucher, les informations reçues par notre sens de l’odorat se passent très fréquemment de la conscientisation. Ainsi, les différentes odeurs, intimement liées à certains souvenirs et certaines émotions, peuvent nous influencer à notre insu.

Une exploration progressive, consciente et méthodique de leur influence  sur notre manière de fonctionner nous offre la possibilité de travailler en douceur sur nos émotions et nos réactions instinctives. Elle nous aide à comprendre nos émotions, à nous ressourcer et nous libérer de certains blocages émotionnels inconscients. Elle nous aide donc à nous comprendre, à définir nos zones d’inconfort, à évacuer nos souffrances du passé et à augmenter notre bien-être.

Comme le dit si bien Gilles FOURNIL créateur de l’olfactothérapie : » L’odorat est vraiment le sens privilégié pour accéder au monde de l’émotionnel et de l’inconscient.  La puissante capacité évocatrice des odeurs sert de fil d’Ariane en psychosomatique; elle permet de retrouver l’origine d’une tension, d’un traumatisme corporel ou psychique dans le respect de la personne et souvent à sa grande surprise. Elle nous amène l’émergence d’une peur, l’expression soudaine d’une colère, la mise à jour d’une peine.L’odeur, guide le consultant et le praticien dans les méandres des souvenirs et des émotions. Cette exploration éclaire petit à petit la nature du conflit et toutes les implications associées (sensations physiques, croyances, comportements?).

Alors l’énergie bloquante utilisée pour renier une partie de soi se libère; non seulement elle ne crée plus de tension, mais elle devient disponible pour effectuer un retour à la santé, au mieux-être (énergie d’auto-guérison).En même temps que la perception de l’odeur change, la personne réalise dans son ressenti la possibilité de se détacher des conséquences du problème. « 

C’est une thérapie qui permet d’aller directement aux émotions sans passer par la barrière du mental.  Si vous souhaitez tester cette méthode pour votre développement personnel, n’hésitez pas à me contacter.

Comment ça marche ?

Le consultant fait un test olfactif et classe les odeurs en trois catégories :

  • celles qu’il aime,
  • celles qu’il n’aime pas,
  • et les neutres.

Comment se déroule une séance ?

Le consultant est allongé, relaxé, et a les yeux fermés, ainsi il peut mieux ressentir les odeurs.

Le travail s’appuie d’abord sur l’odeur aimée. Des associations libres sont faites entre cette odeur et son imaginaire. Ça peut être n’importe quoi : une couleur, une sensation, une forme géométrique. C’est le début du fil d’Ariane qu’il s’agit ensuite de tirer pour rentrer dans l’inconscient, aller chercher la cause profonde de l’amour de cette odeur.

Le naturopathe aide le patient à prendre conscience des sensations physiques réellement associées à cette odeur, à ces souvenirs.

On démarre avec l’odeur aimée pour mettre la personne en confiance. Ensuite, la même chose est faite avec l’odeur non aimée. Lorsque le souvenir pénible émerge, le naturopathe permet à la personne de vivre pleinement son émotion.

L’accompagnement se fait avec un travail de relaxation, le verbe et des exercices de respiration qui permettent de lâcher-prise. On incite la personne à mourir de son histoire, pour renaître sans ses souvenirs encombrants.

Lorsqu’on représente l’odeur, une fois sur deux, elle n’est plus non aimée. C’est son monde intérieur qui a changé donc elle l’appréhende de manière complètement différente.

Corinne SUDRIE

Les commentaires sont fermés.